Actualités

Retrouvez aussi notre actualité sur le site Facebook: https://fr-fr.facebook.com/jalmalv51/

MARS 2018 ==============================================================================================

Le congrès national 2018 de JALMALV  s'est tenu les 16, 17 et 18 mars à Antibes-Juan les Pins, sous le parrainage de Jean Leonetti, promoteur de la loi relative aux droits des malades et à la fin de vie.

Antibes bandeau

==> En ouverture du congrès, Jean Léonetti livre en un peu plus d'une heure l'essentiel de ses convictions sur la fin de vie et la loi qui l'encadre.**** 

Antibes jl

Communiqué de la Fédération Jalmalv à l'issue du Congrès

Plus de 320 bénévoles venant de 65 associations JALMALV étaient rassemblés en congrès annuel à Antibes sur le thème «JALMALV face à l’accompagnement à domicile». 

Mourir chez soi ! C’est le souhait de 85% de nos concitoyens. Mourir dans un lieu familier, entouré des siens, un lieu où l’on se sent soi-même. Pourtant un tiers des français seulement finit sa vie à domicile, et ce chiffre n’augmente pas depuis trente ans. En parallèle, les évolutions du système de santé orientent vers le maintien au domicile des personnes porteuses de maladies graves chroniques qui vivent plus longtemps qu’auparavant, ainsi que des personnes très âgées,  souvent isolées. Le nombre de ces personnes va beaucoup augmenter. 

Comment allons-nous vivre ensemble ? 
Même à domicile, le risque existe pour la personne d’être réduite à sa maladie, son handicap, sa fin prochaine ou bien encore à un fardeau trop lourd pour ses proches. L’enjeu aujourd’hui, et demain plus encore, est, pour le malade, de continuer à se sentir vivant, existant au-delà de la maladie, et regardé comme tel. « Ce n’est pas parce que je suis en fin de vie que ma vie n’a plus de sens, qu’il ne se vit plus rien ».  

L’accompagnement à domicile a ses spécificités. 
Chaque situation est inédite. Le bénévole va rencontrer la personne malade et, souvent aussi, son entourage. Il va pénétrer dans l’intimité du domicile, s’adapter au milieu qu’il découvre, nouer une relation en confiance. Il pourra aussi être amené à soutenir l’aidant. 
Sa venue est souvent perçue comme une bouffée d’air extérieur, un signe précieux du lien avec la société. La relation établie est souvent forte, riche en émotion, fraternité qui s’instaure et qui apporte à l’un et à l’autre. Etre quelqu’un pour quelqu’un, ici et maintenant. 

Que voulons-nous demain ? 
Une société où nous pourrons finir notre vie à domicile en étant soulagés et accompagnés ? Alors il est urgent de développer l’accès aux soins palliatifs, de développer le soutien des aidants et de déployer de nouvelles solidarités. 
Les quelques 5200 accompagnants bénévoles ne pourront répondre aux besoins des quelques 150 000 personnes qui vont mourir à domicile chaque année. Nous avons besoin de nouveaux bénévoles.  
Depuis des décennies la mort est reléguée à l’hôpital et en EHPAD. Apprenons à vivre autrement cette dernière étape de la vie. La fin de vie n’est pas qu’une affaire médicale : à côté des soignants et des proches, les accompagnants bénévoles ont toute leur place. 

JALMALV réaffirme son engagement : diffuser une culture de l’accompagnement qui reconnait la place de chacun dans la société et la force du lien pour se sentir exister jusqu’au bout
 

MARS 2018 ==============================================================================================

Sfap logo 2

MANIFESTE DE LA SFAP

Soulager et accompagner OUI
Donner la mort NON

«Quand on me présente quelque chose comme un progrès,
je me demande avant tout s'il rend plus humain ou moins humain»

George Orwell

·Signer le manifeste

Inlassablement les projets et propositions de loi, les tribunes et les pétitions viennent et reviennent encore réclamer la légalisation du droit à mourir. Inlassablement nous sommes sollicités, interrogés, auditionnés pour donner notre avis et exposer nos arguments.

Nous soignants et bénévoles de la Société Française d'Accompagnement de Soins Palliatifs (SFAP) fédérons 10 000 soignants et 6 000 bénévoles, en contact quotidien avec des milliers de personnes en fin de vie et leurs proches, sommes opposés à une telle législation :

  • Elle viendrait à rebours de la révolution palliative en cours et des progrès sans cesse enregistrés dans le soulagement et l'accompagnement des personnes en fin de vie depuis 30 ans.
  • D'expérience très peu de patients nous disent souhaiter mourir et bien moins encore nous le redisent lorsqu'ils sont soulagés et accompagnés. Une « liberté de mourir » qui serait motivée par une souffrance non soulagée ne serait pas un choix libre. Alors même que les recommandations pour la mise en œuvre de la Loi Claeys-Leonetti de 2016 ne sont pas encore publiées, il nous semble essentiel de ne pas accroître la vulnérabilité des personnes malades par des évolutions législatives permanentes.
  • Une telle loi impliquerait de graves changements de notre pratique. Comment la transgression, même exceptionnelle, de l'interdit de tuer, pourrait-elle être sans effet sur ceux dont la mort approche et ceux qui les soignent? Une liberté donnée à un malade qui conduirait un soignant à donner la mort est-elle réellement l'exercice de l'autonomie?

Par ailleurs, nous  refusons  de nous laisser enfermer dans ce débat binaire qui réduit la question de la prise en charge des patients en fin de vie à celle de l'euthanasie.
Nous voulons promouvoir les valeurs qui nous rassemblent et qui sont le cadre de référence des soins palliatifs. Elles donnent du sens à notre travail et sont autant de balises, utiles au quotidien comme en temps de crise dans un monde complexe et en constante évolution.

  • Les valeurs professionnelles du soin. Des valeurs d'humanité, d’attention et de sollicitude envers les personnes qui souffrent et ceux qui les entourent, de respect du déroulement de la vie en  préservant sa qualité jusqu'à la fin. Le contrat de confiance qui unit les soignés et les soignants interdit à ces derniers de faire du mal volontairement à autrui et plus encore de faire mourir.

Ces valeurs du soin et du non-abandon fondent le mouvement des soins palliatifs qui considère  la mort comme un processus naturel et non comme le résultat d'un geste volontaire. Donner la mort n'est pas un soin.

  • Les valeurs humaines de l’accompagnement. Des valeurs partagées par tous les acteurs, soignants ou bénévoles, simplement parce que l’autre, le souffrant, est une personne qui requiert écoute et présence.
  • Les valeurs personnelles de nos adhérents : pour certains le respect de la vie, pour d’autres le refus de la toute puissance que serait le pouvoir ultime de donner la mort, pour d’autres encore une certaine humanité.

Toutes ces valeurs fondent un choix de société : Non pas une société  ultra libérale de l’individu autonome, indépendant de tous, maîtrisant sa vie et sa mort mais une société de la solidarité et de l'interdépendance prête à secourir la fragilité, une société du Care.

MARS 2018 ==================================================================================================

Assemblée Générale Ordinaire 2018 de l'association Jalmalv-Marne

Maison de la Vie Associative, 9 rue Eugène Wiet à Reims.
Mardi 20 mars 2018 à 18 heures

Assemblée ouverte à tous les adhérents et sympathisants de l'association.
Après les rapports statutaires, ce sera l’occasion de débattre ensemble des attentes de chacun vis-à-vis de l’association afin de toujours mieux adapter nos actions à nos objectifs et à la société d’aujourd’hui. Nous partagerons également quelques échos de la conférence prononcée par Jean Léonetti à l’occasion du tout récent Congrès national de la Fédération Jalmalv et clôturerons par le verre de l’amitié.

DECEMBRE 2017 ======================================================================================

Un premier bulletin pour Jalmalv-Marne Téléchargement

Bulletin images2

 

DECEMBRE 2017 ======================================================================================

UNE PROPOSITION DE LOI POUR FAIRE DES SOINS PALLIATIFS LA GRANDE CAUSE NATIONALE 2018

Faire des soins palliatifs la grande cause nationale pour 2018, telle est l’objet d’une proposition de loi déposée début décembre par Xavier Breton et une trentaine de députés. Ils rejoignent l’appel lancé par la société française d’accompagnement et de soins palliatifs le 14 octobre, soutenu par diverses personnalités (cf. SFAP : faire des soins palliatifs une grande cause nationale ?).

Les débats récurrents sur la fin de vie au Parlement, aussi houleux soient-ils, rallient les députés sur un point : la nécessité absolue de développer les soins palliatifs. Après trois plans triennaux, 80 % des personnes malades n’y ont toujours pas accès. Plusieurs écueils l’expliquent : les disparités territoriales, un développement trop centré sur l’hôpital, la formation des aidants et les modalités de financement. Autant de leviers qui doivent attirer l’attention des pouvoirs publics, estiment les auteurs de la proposition de loi. La formation des soignants est aussi cruciale : en France, seules quelques heures sont consacrées à la formation aux soins palliatifs. Or, il faut plus de temps pour appréhender cet accompagnement dans toutes ses dimensions : humaine, compassionnelle, technique, médicale et financière.

Bénéficier de l’agrément « grande cause nationale », c’est l’assurance de réaliser des campagnes de générosité et d’information. Alors que deux propositions de loi ont été déposées depuis le mois de septembre pour légaliser l’euthanasie, ce texte aura-t-il une chance d’être débattu au Parlement ? Face au constat maintes fois renouvelé du développement insuffisant des soins palliatifs dans notre pays, la ministre de la santé en fera-t-elle une priorité ?

Extrait de Généthique, site d'actualité bioéthique, le 12 décembre 2017   http://www.genethique.org/fr

DECEMBRE 2017 ======================================================================================

Samedi 2 Décembre 2017, de 9 à 16 H, à Reims
Une journée de sensibilisation, ouverte à tous, inscription gratuite mais indispensable

Présentation de l’association, visionnement d’un film sur l’accompagnement, rencontre d’accompagnants et d’un médecin, nombreux échanges

Jdesensibilisation

OCTOBRE 2017 ========================================================================================

Mercredi 4 Octobre 2017, de 18 à 20 heures, à l'EHSSR Ste-Marthe à Epernay
Conférence/débat avec le Dr Elisabeth QUIGNARD, Directives anticipées et personnes de confiance

« Dire qu'il faudra mourir un jour… »

Ces quelques mots empruntés à un refrain de Georges Moustaki nous rappellent la perspective inéluctable, lointaine ou prochaine, de notre mort. Mais la phrase peut s’entendre aujourd’hui comme une invitation à la parole, à une prise de parole : dire à un proche ce que nous voulons et ce que nous ne voulons pas ; le consigner dans un écrit : il n’est jamais trop tôt – ni trop tard – pour réfléchir à nos préférences quant aux conditions de notre fin de vie.

Car la loi apporte désormais aux patients potentiels que nous sommes tous les moyens d’orienter l’action médicale à notre égard, tout au long de la vie et en particulier dans nos derniers instants. Voulons-nous commencer, poursuivre ou interrompre tel ou tel traitement ? Les médecins ont besoin de connaître nos préférences tout en restant à l’écoute du patient que nous serions devenus. Encore faut-il que chacun se saisisse des dispositions de la loi Claeys-Leonetti en vigueur depuis le 3 février 2016, et prenne un temps pour comprendre les enjeux et pour mettre en forme ses préférences.

C’est pourquoi l’association Jalmalv-Marne avec ses partenaires a demandé au Dr Elisabeth Quignard de venir expliquer ce que sont les directives anticipées et la personne de confiance, et plus largement dans quel contexte ceux-ci s’avèrent indispensables pour que la médecine puisse dimensionner son intervention aux vœux du patient. Elle nous expliquera comment rédiger ces directives, ce que la loi permet, ses limites, et nous dispensera ses recommandations en partant de son expérience clinique auprès de nombreux patients

Epernay 2017 10 04 dr quinard

Elisabeth Quignard est gériatre. Elle a travaillé dans l’Unité de Soins Palliatifs du centre hospitalier de Troyes ; elle a été médecin référent du réseau champardennais de soins palliatifs RéGéCAP ; elle est membre du Conseil scientifique de l'Espace national de Réflexion Ethique sur la Maladie d'Alzheimer.

SEPTEMBRE 2017 ========================================================================================

Jalmalv Marne participera au Forum des Associations de Reims et à la Journée des Associations de Châlons-en-Champagne

Venez nous retrouver sur le stand, nous serons heureux de recueillir vos points de vue sur l'action de notre association.

A Reims au Parc des expositions les 23 et 24 septembre 2017, le samedi de 14 à 19 heures et le dimanche de 14 à 18 heures

Reims forum associations 2017

A Châlons-en-Champagne, au Capitole en Champagne, le dimanche 24 septembre 2017, de 10H00 à 17H30

« Mieux  faire connaître notre association et proposer une information concernant les directives anticipées et la personne de confiance, en présentant notre questionnement aux visiteurs » voilà ce qu’a permis notre participation à cette journée des associations.

De  plus, fidèle à notre mission d’écoute bienveillante et sans jugement, nous avons, à de très nombreuses reprises, écouté les témoignages, les questionnements, de personnes témoignant de leur solitude, de leur désarroi parfois, lors de l’accompagnement d’un de leur proche en fin de vie et/ou touché par la maladie d’Alzheimer, puis devant faire face à ce  deuil.

Nous avons pu réaliser aussi combien les soins palliatifs et l’accompagnement par des bénévoles étaient encore bien méconnus !

Un défi à relever pour notre association !!!

Chalons association 2017

JUIN 2017 ====+==========================================================================================

Jeudi 15 juin 2017, de 18 à 20 heures, au Couvent Ste-Marie, 1bis rue de Jessaint à Châlons-en-Champagne
Conférence/débat avec le Dr Elisabeth QUIGNARD, Directives anticipées et personnes de confiance

Chalons affiche

« Dire qu'il faudra mourir un jour… »

Ces quelques mots empruntés à un refrain de Georges Moustaki nous rappellent la perspective inéluctable, lointaine ou prochaine, de notre mort. Mais la phrase peut s’entendre aujourd’hui comme une invitation à la parole, à une prise de parole : dire à un proche ce que nous voulons et ce que nous ne voulons pas ; le consigner dans un écrit : il n’est jamais trop tôt – ni trop tard – pour réfléchir à nos préférences quant aux conditions de notre fin de vie.

Car la loi apporte désormais aux patients potentiels que nous sommes tous les moyens d’orienter l’action médicale à notre égard, tout au long de la vie et en particulier dans nos derniers instants. Voulons-nous commencer, poursuivre ou interrompre tel ou tel traitement ? Les médecins ont besoin de connaître nos préférences tout en restant à l’écoute du patient que nous serions devenus. Encore faut-il que chacun se saisisse des dispositions de la loi Claeys-Leonetti en vigueur depuis le 3 février 2016, et prenne un temps pour comprendre les enjeux et pour mettre en forme ses préférences.

C’est pourquoi l’association Jalmalv-Marne avec ses partenaires a demandé au Dr Elisabeth Quignard de venir expliquer ce que sont les directives anticipées et la personne de confiance, et plus largement dans quel contexte ceux-ci s’avèrent indispensables pour que la médecine puisse dimensionner son intervention aux vœux du patient. Elle nous expliquera comment rédiger ces directives, ce que la loi permet, ses limites, et nous dispensera ses recommandations en partant de son expérience clinique auprès de nombreux patients

Elisabeth Quignard est gériatre. Elle a travaillé dans l’Unité de Soins Palliatifs du centre hospitalier de Troyes ; elle a été médecin référent du réseau champardennais de soins palliatifs RéGéCAP ; elle est membre du Conseil scientifique de l'Espace national de Réflexion Ethique sur la Maladie d'Alzheimer.

 

JUIN 2017 ====+==========================================================================================

Jeudi 1er juin 2017, de 13 à 17 heures, dans le hall de la Polyclinique Courlancy
Les questions clefs pour préparer les moments graves : La loi Claeys-Leonetti : les directives anticipées et la personne de confiance.
Présentation de l'action des bénévoles d'accompagnment de Jalmalv-Marne

Courlancy01062017

AVRIL 2017 ==============================================================================================

« Mourir dans la société du XXIe siècle »

la conférence-débat de Marie de Hennezel organisée par Jalmalv-Marne à Reims le mercredi 5 avril 2017 à 20 heures
à la Maison St-Sixte, a rassemblé 320 personnes.

Mdh salle public

L’association Jalmalv-Marne avait convié Marie de Hennezel, célèbre psychologue clinicienne et écrivain, entre autres de la « Mort intime », à débattre autour de ce sujet qui nous concerne tous, un jour ou l’autre.

De par son parcours professionnel et son engagement à l’amélioration des conditions de la fin de vie, Marie de Hennezel fait autorité dans ce domaine. Elle a notamment fait partie pendant dix ans de la première équipe de soins palliatifs en France à la demande de François Mitterrand et a contribué à de multiples réflexions concernant la fin de vie.

Mdh elle memeMarie de Hennezel et Jalmalv défendent des idées communes tels que la dignité, le respect de la vie, la solidarité et contribuent à changer le regard que la société porte sur la fin de vie et la mort.

Cette conférence/débat ouverte à tous a pu être l’occasion de rencontrer les bénévoles de l’association ainsi que sa présidente, Françoise Fandre.

 

Jalmalv 17 mdh affiche et texte h

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

OCTOBRE 2016 ===========================================================================================

20 Octobre 2016 à 20H

Table ronde sur le thème "Face à la demande d'euthanasie" à la Mairie de Reims à 20h.

20octobre2016 public

 

Conf jalmalv 2016conf-jalmalv-2016.pdf

11 octobre 2016 =========================================================================================

France Bleu champagne Ardenne parle de nous...

https://www.francebleu.fr/emissions/france-bleu-champagne-ardenne-midi/champagne-ardenne/fb-champagne-ardenne-midi-12

336x224 20161011 123640 jpg pagespeed ce qkjkmaemhf

08 octobre 2016 ==========================================================================================

- Article paru dans le journal l'Union

L union 8 10 2016

 

Article paru dans Regards (Le journal des paroisses) pour le mois d'octobre 2016

Journal des paroisses regards octobre 2016

SEPTEMBRE 2016 ========================================================================================

Article paru dans Reims Attractive du mois de septembre 2016

Jalmalv reims attractive

 

JUIN 2016 ===============================================================================================

COUPS DE COEUR SOLIDAIRES 2016

Logo avec contour

JALMALV-SPAM a été désignée Lauréate des Coups de coeurs solidaires 2016 par la Fondation SNCF et va bénéficier de 2000 euros de soutien. 

Nous remercions chaleureusement la Fondation SNCF pour son soutien!

 

JUIN 2016 ===============================================================================================

Après 8 années passées à la tête de Jalmalv-Spam, la présidente Claudine GARNIER a passé le relais à Françoise FANDRE, anciennement vice-présidente, le 9 juin dernier.

Nous tenons à la remercier chaleureusement pour son engagement de 8 ans dans cette présidence et de 15 ans au sein de Jalmalv-Spam, la détermination dont elle su faire preuve pour assurer la pérennité de notre association et le soutien apporté aux bénévoles. Nous souhaitons à Françoise FANDRE de vifs succès dans les nouvelles fonctions qu'elle occupe désormais.

Vous trouverez ci-après ces quelques mots que Claudine souhaitait partager à l'issue de la fin de son mandat de présidente.

au-revoir-.pdf

Passation de présidence

Françoise FANDRE, nouvelle présidente (à gauche) et Claudine GARNIER, ancienne présidente.

MARS 2016 =================================================================================================

Au centre hospitalier de Châlons-en-Champagne, Le jeudi 24 mars dernier, l’Association Jalmalv-spam, a proposé un stand d’information, dans le hall de l’EPHAD “Les Coquelicots”, à destination du personnel et des familles.

Accueillies par Madame Fouché-Noizet (directrice de l’Ephad) et son équipe que nous remercions, les bénévoles (Nathalie, Nicole et Véronique) ont pu  échanger et faire connaître le bénévolat d’accompagnement auprès des personnes fragilisées par une maladie grave ou le grand âge, ainsi que leur rôle auprès des familles.

De bons échanges ont pu avoir lieu!

Jeudi 24 03 2016

NOVEMBRE 2015 ==============================================================================================

Nouvelles plaquettes de présentation Jalmalv-Spam

Plaquette jalmalv 1

Plaquette jalmalv light

SEPTEMBRE 2015 ========================================================================================

Article dans l'Union du 7 novembre 2015

L union intervention p lesaffre a vertus

 

OCTOBRE 2015 ===============================================================================================

Article REIMS METROPOLE MAGAZINE

Reims me tropole magazine

 

 

SEPTEMBRE 2015 ===================================================================================

Forum des associations - Epernay- le 3 octobre 2015

Diapositive4

Forum des associations - Chalon en Champagne - le 28 septembre 2015

Diapositive3

Forum des associations - Vitry le François - le 27 septembre 2015

Diapositive2

 


 

JUIN 2015 ===============================================================================

Conférence du 2 juin à l'Hôtel de Ville de Reims animée par le sociologue Tanguy Chatel

sur le thème "Accompagner la fin de vie: l'affaire de tous?"

Affiche jalmalv

V 20dc 1 copie

V 44d6 copie